Office 365 gratuit (pour les profs) – une bonne idée ?

Après l’offre proposée par Microsoft conjointement avec l’Éducation Nationale, qui consistait à proposer aux enseignants la suite Office 2016 pour 11,10€ (voire moins selon les académies ?), j’ai vu ce matin une offre encore plus fourbe : Office 365, gratuit !

L’aspect politique de la chose

Cela ressemble à un avantage en nature pour les enseignants, dont l’image est malmenée ces dernières années et qui ne leur fera pas de mal. C’est un peu une manière de nous caresser dans le sens du poil. Ça nous fait du bien de nous sentir privilégiés, ça doit rappeler à certains que c’est un des aspects important de notre profession, ses avantages. Combien de fois je n’ai pas entendu dans la bouche des stagiaires « On a bien des taux plus avantageux pour l’emprunt quand on est fonctionnaire hein ? » ou « Et sinon le logement de fonction, ça existe encore ? ». Maintenant, on peut rajouter Office 365 à cette longue listes d’avantages. (vous sentez poindre l’ironie ?)

Prenez Office 365, c’est cadeau, vous êtes tellement géniaux ! Ah par contre, le supplément familial de traitement on le reprend hein ! Avais-tu vraiment besoin de ces 70€ par mois pour tes deux gosses ? Ah et faudra dire au revoir à la journée de carence aussi oui. Ah et on va geler le point d’indice oui, aussi. MAIS TU AS OFFICE 365 GRATUIT !! La vie n’est pas belle ?!

Pensez bien, il est bien plus efficace de détourner l’attention de celui à qui on fait les poches !

Bien évidemment, je pense que Microsoft n’est pas altruiste, mais l’Éducation Nationale a quand même vachement moins d’excuses.

Philosophiquement parlant

J’ai déjà eu l’occasion de vous dire que je suis militant du logiciel libre. Cependant, je ne suis pas un extrémiste, j’utilise aussi parfois des logiciels privateurs (« propriétaires »). Ne serait-ce qu’à l’école : notre salle informatique est complètement équipée en ordinateurs fonctionnant sous Windows. Ou pour les jeux vidéos, chez moi. Je comprends qu’il faille y aller progressivement pour changer les mentalités. On peut réduire sa consommation de viande, ses déchets, ses dépenses et… son usage des logiciels privateurs, mais rarement d’un seul coup, c’est une question d’habitudes.

Sorcière de Blanche-Neige de Disney qui tient un pomme
Tiens, une belle pomme rouge bien brillante !

Alors pourquoi est-ce que je suis philosophiquement contre ce cadeau de l’ÉN et Microsoft (rappelons que Microsoft a investi une grosse dizaine de millions d’euros pour pouvoir nous faire son cadeau) ? Simplement parce qu’indirectement ce cadeau aux professeurs va toucher les élèves. Une vingtaine d’élèves par professeur·e (au pif). Le ou la professeur va d’abord être content des possibilités offertes par la suite Office, qui, c’est indéniable, permet de faire de très jolis documents assez simplement. Ces documents vont peut-être se retrouver sous les yeux des élèves (en diaporama ou sur papier par exemple) et ces jolies choses vont leur plaire également. Rappelez-vous, beaucoup des marques que vous consommez enfant, vous continuez de les consommer une fois adulte ! Peut-être même vont-il apprendre à faire eux même des documents du même acabit, avec leur enseignant·e. Cependant, une fois chez eux, si d’aventure ils ou elles avaient besoin de taper un document, ou d’aider un parent à taper un document, à votre avis, vers quelle solution se tourneront-ils naturellement ? Connaîtront-ils ne serait-ce qu’autre chose que la suite Office ? Et est-ce permettre à un enfant de s’épanouir que de « l’enfermer » dans la pratique d’un logiciel payant dont il sera dépendant ?

Il y a aussi une polémique sur la conservation des données des élèves utilisant les services de Microsoft.

Et techniquement parlant ?

Voyons les deux offres :

  • Microsoft Office 2016 : j’avoue, je ne connais pas. Par contre je connais la mouture de 2013 et je ne pense pas qu’elle ait été complètement remaniée, elle doit juste inclure les fonctionnalités de mise à jour d’Office 365 (et des corrections de failles et de bugs j’imagine !). L’utilisation de ce logiciel a déjà été problématique chez un collègue directeur (appelons-le Samir) que je connais bien. L’IEN lui avait envoyé des documents à remplir pour un des PPMS. Ce format, fourni par l’administration donc, était au format .docx, probablement fait avec la dernière mouture de Word. Samir a Word 2007 sur son ordinateur fourni par sa municipalité (notez déjà l’incohérence : la ville fournit des ordis, mais l’ÉN fournit les logiciels, qu’importe si c’est utilisable ou non !) donc il se dit que rédiger son PPMS ne sera qu’une pénible formalité chronophage. Mais non, malgré l’utilisation du format propriétaire de Word par Word, le document était tout… débraillé. Tableau avec des cellules trop petites, décalées, bref, vous voyez, ça a déjà dû vous arriver aussi ! Il a donc passé beaucoup de temps à d’abord remettre en page le document avant de commencer à le remplir. Bon, si Samir avait pensé à m’appeler, je lui aurait conseillé d’ouvrir le document avec LibreOffice Writer qui gère bien mieux que Word 2007 le format .docx de Word 2016, apparemment, puisque les tableaux étaient moins tordus (seules les cellules étaient parfois trop petites). Comment faire confiance à un logiciel qui, lorsqu’on le met à jour, produit des documents qui peuvent être illisibles par des versions antérieures ?
  • Microsoft Office 365 : si j’ai bien compris c’est un abonnement d’un an à un ensemble de services en plus des applications de bureau sus-mentionnées (EDIT : on me fait savoir qu’en fait ça dépend des académies : du coup vous pouvez devoir vous satisfaire des versions en ligne de MSOffice). Mise à jour logicielle (par exemple si Office 2018 sortait l’année prochaine, votre Office se mettrait à jour sans supplément de tarif) et espace d’échange d’1 To pour l’utilisateur de la licence. Et bien sûr, il faudra avoir un compte Microsoft créé automatiquement pour l’occasion. Donc non content que Microsoft vous fournisse le logiciel, il vous propose également de stocker vos fichiers chez lui. Et si on lisait un peu les Conditions générales d’utilisation ?

    Dans toute la mesure nécessaire pour vous fournir les Services, ou les fournir aux autres (ce qui peut comprendre la modification de la taille, de la forme ou du format de Votre Contenu afin de vous offrir un meilleur stockage ou affichage), vous protéger et protéger les Services, et améliorer les produits et services Microsoft, vous accordez à Microsoft une licence de propriété intellectuelle internationale à titre gratuit pour utiliser Votre Contenu et, par exemple, le copier, le conserver, le transmettre, modifier son format, le diffuser via des outils de communications et l’afficher sur les ServicesSi vous publiez Votre Contenu dans des zones du Service où il est mis à disposition publiquement en ligne ou sans restrictions, Votre Contenu est susceptible d’apparaître au sein de démonstrations ou de supports visant à promouvoir le Service. Certains des Services sont financés par la publicité. Vous pouvez choisir la manière dont Microsoft personnalise la publicité qui vous est adressée à la page Sécurité et confidentialité du site web de gestion des comptes de Microsoft.

    Je ne sais pas pour vous, mais si je passais énormément de temps à faire des supers documents et que Microsoft s’amuse à les diffuser pour se faire encore plus de blé, sans que je puisse refuser, ça me gaverait sûrement un peu. Et j’espère ne pas être le seul !

Reste que pour les deux offres, je crois qu’il faut un ordinateur assez récent et une version de Windows au moins égale à 8.

Quelles alternatives ?

Et le logiciel libre alors ?

Oui parce qu’il est bien rigolo le Rayus à ne rien faire que critiquer les belles initiatives de l’Éducation Nationale, mais comment on fait si on veut éviter d’aliéner nos élèves (et soi-même !) ? J’ai déjà évoqué LibreOffice plus haut car c’est à mon sens la suite logicielle bureautique la plus complète. J’ai pris l’habitude de l’utiliser à titre personnel d’abord. Quelque soit l’ordinateur que j’utilise, le logiciel est identique (donc sous GNU/Linux, Mac OS X ou encore Windows 10). Si vous avez utilisé Word avant la version 2003, franchement vous ne serez pas perdus. L’interface est très sobre, pas de ruban coloré doté d’onglets, c’est vrai. Mais des menus, assez explicites. Toutes les fonctionnalités sont là, ou presque. Celles qui manquent ne seront pas celles que vous utiliserez le plus… Je l’utilise aussi avec mes élèves en salle informatique (après avoir dû demander des autorisations express à la Mairie qui gère le parc info de l’école) car je sais qu’ils pourront la télécharger chez eux s’ils le souhaitent, ou s’ils n’ont pas internet, on peut leur passer le fichier d’installation légalement.

Il existe un projet dérivé de LibreOffice (c’est la beauté du logiciel libre ça !) qui s’appelle OOo4Kids qui permet d’adapter l’interface de LibreOffice à destination de plus jeunes enfants (et pour les seniors c’est ici !). Pour les élèves on peut utiliser également un traitement de texte plus simple (sans fonctions avancées) qui s’appelle Abiword et Gnumeric pour le tableur.

Pour les collègues qui aiment particulièrement utiliser Microsoft Publisher pour faire leurs documents, il est possible d’utiliser Scribus qui propose le même genre de fonctions, ou de réaliser ces documents sous LibreOffice Draw qui fait partie de la suite bureautique.

Et pour l’espace de stockage ?

Là, c’est plus difficile de trouver quelque chose d’équivalent sur le papier. Cependant, il est aussi nécessaire de se poser la question : ai-je besoin de sauvegarder 1 To de documents Office ?! La solution que nous utilisons dans mon école est celle d’hubiC (qui a des CGU tout à fait acceptables) et qui propose 30 Go de stockage et une application à installer sur son ordinateur pour synchroniser automatiquement vos fichiers avec leurs serveurs. On peut monter jusqu’à 50 Go en parrainant des amis (+5 Go à chaque fois) et sinon, pour la somme dérisoire de 10€/an on peut avoir 100 Go d’espace disque et 10 To pour 50€/an. Ensuite il est possible de se connecter de n’importe où depuis l’interface web. Seul point noir, le service est parfois un peu lent.

Sinon, des associations qu’on appelle des CHATONS qui proposent souvent un service d’hébergement. Personnellement j’utilise aussi les services de La Mère Zaclys qui pour une adhésion annuelle dérisoire propose un service de Cloud, un service de mail, de partages de photos… C’est très chouette et c’est local !

De manière générale, je vous encourage à fréquenter le site de l’association Framasoft et de son annuaire du libre qui permet de chercher des logiciels libres par thèmes, avec des mots clés etc. C’est très pratique !

Le mot de la fin

Derrière le logiciel libre il y a des passionnés, qui sont souvent un modèle de coopération grâce à internet, mais qui font ça chez eux après leur boulot. Cette coopération est tellement plus en accord avec celle que j’idéalise dans ma classe que je ne peux me résoudre à profiter du « cadeau » de Microsoft. Je pense qu’il est de notre responsabilité d’enseignant d’accompagner les élèves sur ces sujets. Beaucoup d’argent aurait pu être dépensé autrement par les Mairies ou même le gouvernement : plutôt que de nous offrir des antivirus et des suites bureautiques (privatrices), imaginez que cet argent ait été utilisé pour soutenir des projets libres ? Ils seraient sûrement encore plus complets qu’ils ne le sont déjà !

Bon, j’ai fait le tour de mon côté de la lorgnette et j’espère que vous aurez compris mon point de vue. Peut-être n’êtes vous toujours pas convaincu·e·s ? On peut en discuter dans les commentaires et augmenter cet article de vos propositions ou interventions.

Comme pour les médicaments, choisissez le générique au lieu de choisir la marque ! 😉

2 réflexions au sujet de « Office 365 gratuit (pour les profs) – une bonne idée ? »

  1. Bonjour Rayus,
    Je partage ton point de vue. Je suis moi-même fonctionnaire de l’État mais nous avons un gros avantage : nous n’avons uniquement LIBO sur nos PC. Pas de questions existentielles à nous poser avec MS Office.
    Il subsiste quelques stations déconnectées d’internet qui fonctionnent en XP avec MS Office 97 dessus. Mon administration n’a pas eu le temps de transcrire en VB toutes les applications qu’elles avait écrites en VBA, mais le portefeuille maigrit régulièrement et c’est heureux.
    Sergio Amadeu da Silveira, Brésilien, avait comparé Microsoft à un dealer de drogues : https://frama.link/LbxvoHfF

Laisser un commentaire