Activités de délestage ou d’autonomie

Cette année, j’ai été très emballé par une animation pédagogique organisée par une PEMF de ma circonscription au sujet des activités de délestage et d’autonomie pour palier aux différences de rythme et de niveau des élèves.

Je vais vous expliquer comment je compte adapter et mettre ça en œuvre dans ma classe.

Activité de délestage ou d’autonomie ?

Pour être sûr de bien parler des mêmes choses, je vais définir les deux termes.

  • Activité d’autonomie : elle fait partie intégrante de la ou des séances prévues par le maître ou la maitresse (copier, illustrer un texte, jeu math, poursuivre la lecture d’un livre, renseigner une fiche de lecture…). C’est un travail scolaire, guidé par le maître ou la maitresse, avec des objectifs précis et peut se faire seul·e ou en groupe.
  • Activité de délestage : travail souvent individuel, choisi par l’élève. Attention, ce n’est pas de l’occupationnel ! Les ateliers proposés répondent à des besoins, à des compétences souvent transversales (mettre en œuvre des stratégies pour résoudre un casse-tête, réussir un jeu math, développer des habiletés motrices, sa patience, sa persévérance, sa concentration, sa capacité à raisonner, se faire confiance, se corriger…). Ces activités favorisent la manipulation, la répétition, les erreurs sont plus facilement surmontées grâce à la motivation intrinsèque à l’activité d’apparence ludique, la recherche, on apprend plus vite et mieux…

Quelques principes

Avant de rentrer dans la liste des activités, je vais lister quelques principes :

  • Définir les règles de fonctionnement et d’utilisation en début d’année, les ancrer dans les règles de vie de la classe :
    • faire un choix, essayer de s’y tenir, persévérer, limiter le zapping
    • respecter le matériel, le ranger
    • travailler calmement (bout de moquette pour les jeux bruyants), ne pas prendre le matériel du voisin
    • peut recourir à une aide extérieure selon le cas
  • Prévoir un temps banalisé pour favoriser l’accès aux ateliers par tous
  • Ce dispositif permet de manipuler et réinvestir de nombreuses notions abordées lors des apprentissages prévus
  • Penser à faire des bilans mensuels (regroupement collectif – faire le point)
  • Prévoir des rencontres, des défis pour augmenter la stimulation
  • Prévoir des moyens de valorisation autres que personnels
  • Envisager l’évaluation autrement (tableau de suivi, de progression, autocorrection, attitude, traces ou pas traces ?)

Comment organiser ces activités ?

Type de meuble utilisé pour le rangement. Prévoir des étiquettes plastifiées pour préciser le contenu de chaque tiroir. Osez les couleurs !
  • Quand ? En général tous les jours, qu’il s’agisse d’autonomie ou de délestage selon l’activité.
  • Quelle durée ? De 5 à 15 minutes pour les activités de délestage, plutôt 20 à 25 minutes pour les activités en autonomie.
  • Quelle mise en œuvre ? Collectif en début d’année.
  • Quelles modalités ? Atelier individuel ou en binôme selon les activités. Défis en groupe par contre !
  • Où ? En fond de classe ou à sa place.
  • Quelle organisation matérielle ? Pour le rangement, des meubles à « paniers coulissants » sont très pratiques : mise en place et rangements rapides et ils sont faciles à manipuler. On peut aussi imaginer d’autres paniers, dont les contenus sont visibles facilement pour voir s’il est possible de faire l’activité, simplement posés sur une table dédiée. Mais ne nous leurrons pas : nos élèves aiment quand c’est beau, propre et bien rangé aussi. Il faudra donc particulièrement y veiller !
  • Quelle évaluation ? Un tableau de suivi et diplôme, autocorrection, rencontres défis.

Quelles activités ?

Je distingue deux types d’activités à avoir en classe pour permettre d’éviter la lassitude, des activités permanentes qui sont là toute l’année (comme les casse-têtes) et d’autres activités temporaires plus en lien avec l’actualité de la classe.

Exemples d’activités permanentes à avoir en classe :

Lecture et carnet de lecteur

Pour cette année, je pense acheter une trentaine de livres Lire c’est partir (3 exemplaires de 10 titres… peut-être ailleurs s’ils sont trop fins !) et un autre dizaine (différente des premiers, plus adaptée aux élèves en difficulté). A partir des 3 séries de 10 livres, que j’aurai étiquetés pour aider à leur rangement, je vais proposer un programme de lecture : les élèves devront lire un livre toutes les 3 semaines.

Voici un programme type en PDF avec des données d’exemple pour montrer son utilisation. Les lignes rouges servent de repère pour savoir quand on parle de la première (A), deuxième (B) ou troisième (C) série de livres.

icone PDF
Programme de lecture

Programme de lecture modifiable

Pour que les élèves puissent rendre compte de leur lecture, tant au niveau de la compréhension que du plaisir de lecture, un autre tableau sera affiché utilisant un codage particulier à base de pastilles de couleur:

  • Une pastille verte s’il ou elle a lu le livre en entier et qu’il ou elle l’a bien compris
  • Une pastille rouge s’il ou elle a lu le livre en entier et qu’il ou elle n’a pas bien compris
  • Une pastille bleue si l’histoire lui a beaucoup plu
  • Une pastille jaune s’il ou elle n’a pas beaucoup apprécié.

icone PDF
Tableau de suivi des lectures

Tableau de suivi des lectures

On peut aussi encourager les élèves à se doter d’un carnet de lecture qu’ils utilisent « librement » pour conserver en mémoire :

  • les titres des œuvres lues (marques du livre)
  • un passage, des mots ou une réflexion (se donner les moyens d’une relation plus intime avec le livre)
  • des fins possibles….

Les casse-têtes

Cubes fous
Cubes fous

L'étoile de Galilée
L’étoile de Galilée

L'étoile de Kepler ou la croix du menuisier
L’étoile de Kepler ou la croix du menuisier

Planchettes japonaises

Le serpent cube
Le serpent cube

Casse-tête en metal

Les casse-têtes ont ceci d’incroyable en classe : un enfant qui « papillonne » arrivera souvent à rester concentré quelques minutes sur son casse-tête. Voici des casse-têtes que j’aime bien. J’en trouve souvent sur leboncoin pour étoffer la collection de la classe, l’idéal étant d’avoir 4 ou 5 exemplaire de chaque casse-tête pour pouvoir organiser des défis en groupe de 6.

  • Les Rubik’s cube 2x2x2 et 3x3x3 : derrière son air « simple », pour beaucoup le 2x2x2 est plus compliqué à résoudre que le 3x3x3. Orphysmonecole a fait de superbe blasons permettant de suivre l’évolution de chacun des élèves vers la résolution des cubes, à voir ici pour le 3x3x3 et ici pour le 2x2x2.  Pour l’achat des cubes, je déconseille « l’Original » de la marque Rubik, il est trop cher et tourne moins bien que certains modèles chinois. Je recommande des modèles que j’ai acheté sur easycube.fr 5€ le 3x3x3 ici et 5 € le 2x2x2.Il est intéressant de proposer le suivi de ces casse-têtes grâce à un tableau (encore une fois) et à des blasons pour le Rubik’s Cube.

    Tableau de suivi des blasons du Rubik’s Cube 2x2x2

    Trame modifiable 2x2x2

    Tableau de suivi des blasons du Rubik’s Cube 3x3x3

    Trame modifiable 3x3x3

 

    • Des casse-têtes en bois et en métal comme l’étoile de Galilée, les planchettes japonaises, le serpent cube ou les cubes fous qui demandent pour certains une dextérité assez fine. Les solutions (puzzles finis, pas les solutions pour les faire !) sont affichées dans la classe. Vous pouvez en commander aussi sur Aliexpress pour un tarif pas excessif (aux alentours de 1,50€~2€ le casse-tête) ici par exemple pour des jouets en bois, ici pour d’autres en métal, il faut juste prévoir un bon mois pour la livraison. ​Lorsque les élèves ont fini un casse-tête, ils peuvent me le dire. A ce moment là, je viens les regarder résoudre le casse-tête. Au bout de trois casse-têtes réussis, je donne un diplôme aux élèves. Un autre tableau de suivi me permet de gérer ça.

Tableau de suivi des casse-têtes

Tableau de suivi des casse-têtes

Tableau de suivi des blasons du Rubik’s Cube 3x3x3

Trame modifiable 3x3x3

Diplôme n°1

Diplôme n°2

De temps en temps, je compte lancer des défis casse-têtes. Par groupe de 6, les élèves doivent résoudre le plus rapidement 10 casse-têtes et chaque membre du groupe doit en avoir au moins résolu un. J’ai préparé un document à titre d’exemple : chaque casse-tête rapporte des points, et à la fin d’un temps donné on arrête les recherches et on compte les points de chaque équipe pour ainsi faire un petit classement.

Modèle de défis casse-têtes

Des jeux de logique

  • Des suites logiques : pour les suites logiques, j’utilise les ressources disponibles ici. A imprimer en format A5 et à plastifier. Sinon il y a Mini Logix, des séries de 30 cartes format A5 mais c’est de plus en plus difficile à trouver. J’en ai également commandé ici pour leur jeu de bataille navale et le jeu du portrait (sorte de « Qui est-ce ?« ) mais il n’y a plus celui sur les suites logiques.

 

  • Des tangrams : Pour les tangrams, j’utilise des fiches que j’ai commandé dans le catalogue du fournisseur du marché de la Ville. Cependant on trouve de très chouettes modèles sur le net. En cherchant quelques secondes, je suis tombé sur cette page qui propose plein de choses !

 

  • Des énigmes avec des allumettes : Momes.net en propose une dizaine, la PEMF qui nous a fait l’animation pédagogique avait ce coffret maintenant indisponible, peut-être trouvable en occasion ou sur les brocantes.

Activités temporaires

  • Sciences : un kit électricité à disposition des élèves avec des fiches comprenant des schémas de montage (si vous en avez vu en ligne, je suis preneur !).

 

  • Exemples d’observations

    Le jeu du gratte-ciel: il s’agit de grilles qu’on peut remplir en utilisant simplement des briques de numération ou des Légo pour construire des immeubles. Les immeubles font 10, 20, 30 ou 40 mètres de hauteur. Dans chaque ligne et chaque colonne doit figurer un seul immeuble de chaque taille. Pour aider à remplir le tableau, à chaque extrémité de ligne et colonne se trouve un chiffre, de 1 à 4, qui indique le nombre d’immeuble(s) que peut voir un personnage qui serait debout sur cette case ! S’il y a un 1 par exemple, ça veut dire qu’il y a un immeuble de 40 étages en début de ligne et que derrière se trouvent les autres immeubles, invisibles pour l’observateur. Pour faire des grilles, j’utilise l’application pour Android Skyscrapers, une des rares à afficher l’ensemble des aides en début de ligne et je les recopie dans un doc, à imprimer et plastifier.

Exemple de grille du Gratte-ciel et sa solution (en nombre).

Je vous propose un fichier PDF de 36 grilles à imprimer, ainsi qu’une trame modifiable si vous souhaitez en faire d’autres. La version ODT est bien plus légère que le format PDF.

 

icone PDF
36 fiches de gratte-ciel

Trame modifiable des 36 fiches

Voilà, j’espère que ces petits aperçus de ce que je compte pratiquer à la rentrée comme activités de délestage et d’autonomie est assez clair. N’hésitez pas sinon à me le dire en commentaire, je clarifierai les points qui peuvent l’être.

2 réflexions au sujet de « Activités de délestage ou d’autonomie »

Laisser un commentaire